Rrose...

Rrose me fascine. Chaque fois que je la quitte elle revient. Toujours par un chemin inattendu. je me la suis même tatouée pour ne pas la perdre. Et puis là à Saint-Etienne, la boîte en valise n°4, elle a l’air de rien sous sa vitrine en verre et bam, pile en face de moi la cage aux oiseaux, le thermomètre, l’os de seiche et les cubes de marbre (on dirait des sucres)….

toute miniature qu’elle soit, Rrose a perdu son R : Pourquoi ne pas éternuer Rose Sélavy? c’est la question que je me pose toujours sans jamais chercher. Cette oeuvre annonce la mort, les corps froids, Rose ne laissera visible que son corps mort (je me suis aussi toujours demandée si dans l’oeuvre Etant donnés, secret story de Marcel de 1946 à 1966, le corps gisant n’était pas un moulage du corps de Marcel) mais j’ai pas cherché non plus.

après le déballage de la boîte verte à Rennes, (DÉBALLAGE DE LA BOÎTE VERTE du 26 septembre au 14 novembre 2013 https://www.sites.univ-rennes2.fr/…/programmation_archives_…)

où là Rrose s’annonce éditrice, j’ai bugué sur La Mariée, évidemment. La machine célibataire augure un nouveau mode de relations entre des pôles qui interagissent : un fonctionnement que l'exposition de Harald Szeemann avait pour charge de "visualiser" (Harald Szeemann, Les Machines Célibataires, cette exposition se tient au Musée des Arts Décoratifs, en 1976. Son propos est conçu par Harald Szeemann. Pour la comprendre, il est nécessaire de la situer dans la problématique proposée par Szeemann) le réseau donc, c’est cette dispersion qui m’interpelle. éternuement. dispersion. fragments. dans toutes ses boîtes. ce qu’il y aurait à voir c’est l’envers? les liens? les liens d'agencements des machines célibataires? car ici le titre est sous la cage.

j’ai donc retrouvé le marbre en petits morceaux, dans une cage à oiseau, avec un thermomètre et un os de seiche : un cercueil? une boîte donc comme toujours avec Marcel, y a l’emballage soit visible soit signalé (les socles par exemple) ; et les éléments qui justifient l’emballage, mais pas de mode d’emploi. ici la boîte emballage est ajourée et on hésite vraiment entre des matériaux de médecin légiste, de croque-mort ou de sculpteur. L’aspect clinique rappelle celui de Fontaine. La cage annonce le retournement du regard de Etant donnés (où pour la première fois nous regardons dans une boîte fermée, non déplaçable et inéparpillable).

Alors j’ai acheté le livre d’Alain Boton. Et voilà : WHY NOT SNEEZE ROSE SELAVY ?

Réponse : Y VA LES ESORE ZEENS TON YHW.

Soit : I[l] va les e[s]sore[r] thin(s)

(= minces) ton dieu (YHW[H]) = dieu / Rose Sélavy = Eros

il va nous essorer mince ton Dieu?

ici c’est vraiment bien résumé: http://aulivrebleu.unblog.fr/…/why-not-sneeze-rose-selavy-…/

Joseph Beuys a pas tort non plus !


http://www.mam-st-etienne.fr/index.php?rubrique=260&rsrc=782&rec=duchamp%7C0%7C0%7C1 – à Musée d'art moderne et contemporain Saint-Etienne Métropole.


Marcel Duchamp, Why Not Sneeze Rose Sélavy ? 1921 / 1964 Métal peint, marbre, thermomètre, os de seiche 11,5 x 22,2 x 16 cm Inscriptions :S.D. sur la cage : Marcel Duchamp 1964 L'original a été réalisé à New York en 1921. La réplique a été réalisée sous la direction de Marcel Duchamp en 1964 par la Galerie Schwarz, Milan et constitue la 3e version de ce Ready-made Cage à oiseaux en métal peint, 151 cubes de marbre, thermomètre et un os de seiche, 2 petits récipients ronds en céramique blanche source Centre G.Pompidou, Achat, 1986 Numéro d'inventaire : AM 1986-298














Joseph Beuys, Das Schweigen von Marcel Duchamp wird überbewertet, (1964/65), braune Ölfarbe, Schuhsohlenspuren auf Papier, Schokoladentafeln und -stücke mit Ölfarbe übermalt, gefalteter Karton, Filzquadrate, fünf mit blauer Tinte beschriebene Schreibpapierbögen, Schwarzweißfotografie, teils mit brauner Ölfarbe übermalt (restauriert 2009/10), 157 x 178 x 2 cm, Museum Schloss Moyland, Sammlung van der Grinten

0 vue