More Sensitive

« plus sensible » est le nom de la version interactive de Sensitive Room (« chambre sensible »), pièce de théâtre mise en scène par Carine Pauchon  (Cie In-Time) à partir des sonnets de Louise Labé, poétesse féministe de la Renaissance française. 

conception et réalisation Carole Brandon, assistée pour la programmation de Franck Soudan, sounddesign Quentin De Laplace

MSciel2.jpg

Oeuvre interactive crée avec  :

- la traduction écrite du texte signé des sonnets de Louise Labé,

- la vidéo de Carole Brandon, réalisée pour la pièce et utilisée comme décor

- la bande-son réalisée par Quentin Delaplace pour la vidéo,

- la vidéo du comédien sourd seul (s'exprimant en langage des signes) plan-séquence face caméra,

- l'enregistrement de la voix de la comédienne seule lisant les sonnets.

L'idée n'étant pas de pouvoir rejouer ce qui a déjà été fait mais d'explorer les capacités de l'ordinateur et d'interroger les relations entre chaque matériau. Le spect-acteur agit sur le texte, le son et limage en produisant, par les positions de son corps face à l'écran, des réactions enregistrées par l'ordinateur. Elles décident ainsi des relations et interactions des matériaux qui seront visibles à la fin du cheminement. Par des popups (fenêtres), l'internaute produit des rythmes, des sons et des images enregistrés par l'ordinateur via le clavier, le microphone et la webcam. Ces actions et réactions déterminent les paramètres qui donneront un nouveau possible de l'œuvre. Un possible crée par les spasmes et pulsions incontrôlés des corps devant lécran, devant l'Autre, par l'inconnu. La difficulté de communiquer entre deux êtres, (interrogée dans les sonnets, la scénographie et la vidéo), devient donnée plastique par l'intermédiaire du corps vivant mais anonyme de l'internaute et par l'enregistrement de ses mouvements imperceptibles dans son espace environnant. Le corps nest plus seulement image, son, geste, texte, il redevient numériquement respiration, caresse et chair.

Capture d'écran 2018-11-29 21.15.41.png

texte Franck Soudan

" La video de Sensitive Room m'a été présentée achevée. L'architecture de l'œuvre était clairement définie : elle se présente sous la forme de plusieurs tableaux qui suivent les sonnets de Louise Labé. Je me suis donc imprègne des images avant de commencer la composition sonore de l'œuvre. J'ai suivi le découpage video dans son ensemble, tout en essayant de garder une cohérence, une unité, entre ces différents tableaux. Pour réaliser la bande sonore plusieurs sources d'inspiration m'ont influence. Tout d'abord, j'ai souhaite travailler dans le même esprit que Carol Brandon en jouant de la matière sonore comme d'une matière plastique. Ensuite j'ai voulu rendre de façon auditive l'antagonisme entre les matières artificielles, synthétiques qui forment les fonds, et la présence en video, des comédiens ; images qui renvoient a une sensation plus charnelle. C'est pourquoi j'ai propose des sons de voix féminine, mais aussi d'instruments de musique, qui nous rapprochent de l'humain et de sa chair face aux sons purement synthétique. Par ailleurs, les mouvements des comédiens, les gestes du langage des sourds, forment une véritable chorégraphie qui a été source d'inspiration. Enfin, tout au long de l'œuvre, le fantôme des sonnets de Louise Labé n'a cesse d'hanter la composition. En effet, j'ai souhaite donner une cohérence entre les moyens (transformations sonores et plastiques) et le thème porté par les sonnets de Louise Labé, l'amour et la douleur qu'il engendre, afin d'aller au-delà du jeu des manipulations pour aller chercher chez chacun des sentiments éprouvés, pour faire appel à notre sensibilité. La douleur, l'angoisse, l'absence de l'autre, le vide... autant de sentiments dont j'ai souhaite donner une interprétation." Quentin Delaplace, 2006.

visioconférence i-médias ECM Les Carrés, Annecy-Le-Vieux

Carole Brandon et Franck Soudan / Carine Pauchon, Anthony Guyon, Marie Oury 

crédits photo SoMo organisation visio Martin Calame