poppy pussy

Il y a quelque chose dans la fragilité du coquelicot qui ressemble à ces froissements de la peau humaine ; et puis il y a sa forme tout de rouge au coeur noir, dont les plis et les contours inévitablement parlent de notre vulve féminine ou de l'anus ; orifices à l'origine toujours de nos humiliations.

Ainsi, réduites à nos orifices, les insultes inévitablement ne détruisent pas seulement l'estime de soi, elles empêchent d'écouter nos désirs, nos fantasmes, nos possibilités de jouissance autant individuelles que créatives.Coudre ici l'entrée d'un monde infini, chaleureux, prometteur et incroyablement bienveillant c'est rendre visible les cicatrices douloureuses, jamais guéries des violences verbales. Le viol a la même origine, il marque pas seulement la peau, l'être, il marque  la chair et son devenir. Il pourrit toutes relations futures tous fleurissements, il bannit le bonheur, il enterre des vies. L'insulte est le début de ce processus avilissant et poison. Et comme pour insister s'ajoutent les mots "vieille" ou "sale" Redoubler l'effet d'inutilité, de laideur et de saleté déjà bien nommé dans l'insulte, comme pour enterrer définitivement la place des femmes du côté des déchets, des ordures...

Soon

process